Vols sur chantiers, la profession du bâtiment se mobilise contre les effractions et la disparition de matériels

Contexte

Le vol sur les chantiers est une menace multiple et permanente pour l’économie des entreprises et la sécurité des chantiers. Le vol pénalise l’ensemble du secteur du bâtiment et des travaux publics. Les vols d’outillage, d’engins de chantier et de métaux représentent chaque année un coût considérable. Une étude menée fin 2008 par la Fédération Française du Bâtiment (FFB) le chiffrait à plus d’1 milliard d’euros. Face à la recrudescence des vols sur les chantiers et aux pertes économiques engendrées, les professionnels du bâtiment s’organisent pour lutter contre le fléau.

Actualités

Octobre 2010, un employé d’une société mécanique du Cher a été interpellé pour le vol de 10 tonnes de chutes de métaux qui lui ont rapporté 35000 euros… Février 2011, un employé de la société Forclum, entreprise spécialisée dans l’installation électrique, déclare ne pas un passer un jour ou presque sans signaler sur le chantier Boisvallon, à Ceyrat, des câbles dénudés, des transformateurs disparus, des tuyaux de cuivre arrachés… Il ne s’agit pas là de faits isolés, et les vols et/ou vandalismes sur les chantiers n’épargnent personne : d’après la Fédération Française du Bâtiment (FFB), la quasi-totalité des départements français sont touchés, tous les métiers sont concernés et les entreprises de toutes tailles sont visées.

Vols sur chantiers, la profession du bâtiment se mobilise contre les effractions et la disparition de matériels

C’est dans ce contexte que la solution L@borne Antivol Chantiers (Lagassé technologies), dont le principe repose sur un constat de disparition, de mouvement et/ou d’agression du système, s’est vu attribuer début 2011, le référentiel CNPP* DTG.09.076  » Système électronique de sécurité contre le vol des engins, équipements ou outils de chantier ou d’équipements installés à demeure dans les bâtiments « . L’élaboration d’un référentiel est en effet devenu nécessaire, le BTP se tournant progressivement vers la RFID sous l’impulsion de la FFB.

*(Centre National de Prévention et de Protection)

Tendances

L’Etat s’est engagé à lutter contre l’ensemble des actes délictueux commis sur les chantiers en signant, le 14 avril 2008, un protocole d’accord avec la FFB. Ce dernier formalise la mise en place d’une coopération renforcée entre les forces de sécurité et les professionnels du bâtiment et facilite notamment les demandes d’autorisation d’installation de vidéosurveillance… De son côté, la FFB s’engage à sensibiliser les entreprises à la sécurisation des chantiers (former le personnel aux enjeux de la sécurité, établir des règles simples comme marquer clairement le chantier, ne pas laisser les outils et les matériels à la vue des passants, retirer les outils et matériels de valeur ou les ranger dans des espaces sécurisés, améliorer le gardiennage…).

Au delà de la surveillance vidéo, l’utilisation de puces RFID pourraient devenir une solution efficace contre les vols sur chantiers. De nombreux assureurs incitent ainsi leurs clients à tester des systèmes permettant d’équiper leurs matériels, équipements et matériaux de puces RFID afin d’en garantir une surveillance fiable et efficace, en permanence.

Vols sur chantiers, la profession du bâtiment se mobilise contre les effractions et la disparition de matériels

La FFB a, dans ce sens, rédigé en collaboration avec l’association FIL RFID un cahier des charges sur les systèmes permettant l’identification, l’inventaire et la protection antivol/anti-vandalisme des matériels, équipements et matériaux sur chantiers. Ces solutions techniques reposent sur une BASE RFID active/GPS/GPRS qui assurent le relais entre les capteurs d’informations et la plate-forme de gestion des alarmes, permettant le cas échéant de faciliter les recherches des objets volés.

Quelques chiffres clés*

• Une entreprise sur deux a été victime d’au moins un vol significatif de plus de 10 000 €(1).
• Le coût des vols a été globalement évalué à plus d’un milliard d’euros (soit 1% du chiffre d’affaires de la profession)(2).
• 56% des vols sont des vols simples, 43% sont des vols avec effraction et 1% avec violence ou séquestration(3).
• Les équipements techniques (électricités, plomberie…) représentent 40 % des vols, le bois et le métal 16 %, la maçonnerie (parpaings, carrelages…) 13 % et les finitions (décoration, douche…) 13 %(4).
• Le cours du cuivre (comme celui de l’acier et du plomb) a atteint le 3 février 2011 le seuil historique des 10 000 dollars la tonne provoquant une recrudescence des vols de ces matières sur les chantiers.

(1) (2) et (3) source : enquête réalisée en 2007 par la Fédération Française du Bâtiment
(4) source : article la parisien.fr “Mobilisation contre les vols sur chantiers“ – 5 février 2009

Cet article a été publié dans Blog, Divers, Nouveautés, Revue de presse, Withtime Sécurité (WTS) avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>