Videoprotection : Preuve illicite si les salariés du prestataire ne sont pas informés !

Si l’employeur a le droit de contrôler et de surveiller l’activité de ses salariés pendant le temps de travail, il ne peut être autorisé à utiliser comme mode de preuve les enregistrements d’un système de vidéosurveillance installé sur le site d’une société cliente permettant le contrôle de leur activité dont les intéressés n’ont pas été préalablement informés de l’existence.

Viole l’article L. 1222-4 du code du travail la cour d’appel qui refuse de rétracter une ordonnance sur requête rendue en application de l’article 145 du code de procédure civile désignant un huissier de justice aux fins de visionner les enregistrements des caméras de vidéosurveillance placées à l’entrée de la société cliente, qui permettaient le contrôle des heures d’arrivée et de départ sur le lieu du travail des salariés sans qu’ils en aient été informés.

Cet article a été publié dans Blog, Divers, Nouveautés, Revue de presse, Withtime Sécurité (WTS) avec les mots-clefs : , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*