Sécurité et police privées dans les lieux publics de consommation : une analyse de la géographie sociale

Les espaces de consommation sont principalement soumis au domaine juridique privé mais ouverts au grand public pour raison marchande. A ce titre ils ont été considérés comme de « nouveaux espaces publics », au sens sociologique du terme. Du moins peut-on dire qu’ils s’apparentent d’autant plus aux espaces publics « traditionnels » qu’ils se développent en nombre et en envergure, donc par-là même qu’ils reçoivent une population de plus en plus nombreux.

La question de la régulation sociale de ces propriétés privées de masse est donc aujourd’hui cruciale, et appelée à l’être encore davantage à l’avenir.

D’un point de vue de géomètre social intéressé à la legislation, cet article met en avant ce croisement en s’appuyant sur des recherches dans des complexes commerciaux récréatifs, ces centres commerciaux de « nouvelle génération » qui ont vu leur rôle social en intégrant les loisirs par exemple.

Nous allons montrer d’abord comment ces problématiques s’articulent en une véritable question sociale, qui se révèle dans la situation en cours de banalisation des lieux de consommation privés ouverts au public.

Les modalités d’exercice d’une police privée dans ces lieux mèneront ensuite à évoquer ses confusions avec les forces publiques.

Quelques clés pour mieux saisir l’ensemble des problèmes que pose cette police privée en termes de régulateur sociale.

Source : blog 83-629

Cet article a été publié dans Blog, Divers, Nouveautés, Revue de presse, Withtime Sécurité (WTS) avec les mots-clefs : , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*