Métier : Agent de sûreté aéroportuaire

Ce spécialiste de la sécurité de l’aviation civile veille à ce que toutes les mesures de prévention visant à empêcher l’introduction à bord d’un avion de toute personne ou élément de nature à compromettre la sûreté du vol soient respectées.

Son activité concerne à la fois la sûreté des aéroports
(inspection filtrage des passagers, des bagages cabine et soute, et du personnel…) du fret (contrôle des accès aux zones de stockage et de traitement du fret, inspection filtrage des personnels accédant à la zone réservée des aéroports…) et des compagnies aériennes (contrôle passeport, passager, billet, gabarit des bagages cabine, contrôle du, surveillance et accompagnement des bagages, inspection filtrage des personnels au sol et des personnels navigants..).
L’agent de sureté remplit une mission anti-terroriste dans un contexte privé concurrentiel. Il a pour objectif d’éviter l’embarquement d’engins explosifs, d’armes, ou bien de marchandises dangereuses
à bord des avions.

L’exercice de ce métier nécessite d’avoir une bonne capacité de mémorisation et une grande adaptabilité car l’’emploi du temps des agents change chaque mois.

Cette profession s’adresse aux ressortissants des pays de l’Union Européenne. Vous devez avoir des papiers d’identité en règle et un casier judiciaire vierge. Il faut aussi obtenir de la préfecture un récépissé de carte d’identité professionnelle.

Côté formation, le certificat de qualification professionnelle d’agent de sureté aéroportuaire (CQP ASA) est indispensable.
Il peut être complété par une formation en sûreté aéroportuaire (conventionnée DGAC). Un niveau d’anglais correct est souhaité. Enfin posséder le permis B est un plus, car les aéroports sont situés à distance des villes.

Le secteur de la sécurité aéroportuaire est représenté par de grandes entreprises (Securitas, ICTS, Alysia, Brink’s, Prosegur, Astriam, Néo sécurité…). Il compte actuellement 10 000 salariés.

La profession, récente, reste en mal de reconnaissance même si plus de 90 % des personnels sont en CDI. Les personnels de sûreté des aéroports qui ont affaire à la fois aux gestionnaires d’aéroport, aux compagnies aériennes et à l’État ont encore du mal à bien définir leur place.

Cet article a été publié dans Nouveautés, Revue de presse, Withtime Sécurité (WTS) avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*