Les nouveaux chiffres de la sécurité privée en 2011

Quelques statistiques en matière de sécurité privée

Les données suivantes sont principalement extraites de l’Enquête de branche Prévention – Sécurité, issue de l’Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité.

Cette enquête diffusée en septembre 2012, porte sur des données de l’année 2011. Les données statistiques doivent être prises avec nuances en raison des difficultés méthodologiques et de périmètres ne correspondant pas strictement avec celui de la loi de 1983.

1. Comparaison des effectifs du secteur de la sécurité privée et des forces publiques.

143.100 salariés selon le code NAF 80.10 Z (INSEE) en 2011. Ce chiffre n’inclut pas les agents de recherches privées (env. 1.000 agents), la télésurveillance (en partie), les services internes de sécurité. Il correspond aux effectifs salariés, dont 88 % sont des agents d’exploitation et peuvent être ainsi considérés comme des agents privés de sécurité au sens de la loi de 1983.

Les nouveaux chiffres de la sécurité privée en 2011

253.000 salariés en 2011 dans un ensemble plus vaste de la sécurité privée, si on intègre la sécurité incendie, les agents de maîtrise et l’encadrement, les fournisseurs d’équipements (serrurerie, installateurs d’alarmes), le transport de fonds, etc. Ce chiffre provient de « l’Atlas 2012, Panorama économique du marché de la sécurité », publié par En Toute Sécurité.

Ces estimations peuvent se comparer aux :

242.700 agents publics d’État (hors pompiers) :
– 145 500 agents de la Police Nationale (ETP inscrits au budget 2011),
– 97 200 militaires de la Gendarmerie Nationale,

auxquels il faudrait ajouter 18 000 policiers municipaux et 1.800 gardes champêtres.

Les effectifs de la sécurité privée qui ont connu une période prolongée de croissance positive, restent encore éloignés de ceux de la sécurité publique.

En terme d’évolution, la sécurité privée (dont incendie et hors services internes) a cru de 2,9 % sur la période 2005-2010 alors que les effectifs de Policiers et gendarmes décroissaient de 3 %.

La police municipale a augmenté de 30 % en 10 ans.

Depuis 2009 cependant, les effectifs de la sécurité privée stagnent, voire régressent, notamment dans le secteur de la surveillance humaine.

2. Un secteur très éclaté du point de vue du nombre d’entreprises…

- 9.806 entreprises (contre 9.392 en 2010) dont 3.758 employant au moins un salarié
- 90 % d’entreprises de 0 à 19 salariés,
- 2,5 % d’entreprises de + de 100 salariés,
- 10 entreprises de plus de 2.000 salariés (0,1 %), mais employant 30 % des salariés

NB : Dans le cadre de la mise en place du CNAPS, le dénombrement des déclarations obligatoires des sociétés de sécurité privée autorisées est notablement inférieur et met en évidence l’existence d’un biais statistique tenant vraisemblablement à la difficulté à comptabiliser les entreprises individuelles à l’existence souvent éphémère.

3. … mais très concentré pour le chiffre d’affaires…

5,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires hors taxe :

- Les 6048 entreprises à 0 salarié ne réalisent que 221 millions d’€ de CA.
- Les entreprises de moins de 20 salariés réalisent 13,45 % du CA.
- Les 10 majors (+ de 2.000 salariés) réalisent 29 % du CA global.

Ce chiffre d’affaires est réalisé à près de 23 % via des marchés publics et à 77 % via le privé et le recours à la sous-traitance est passé de 6 % en 2010 à 8 % en 2011.

Le marché a cru de 14 % sur la période de 2005 à 2011, mais avec trois dernières années difficiles (moins 2,5 % en 2009 et stagnation en 2010 et en 2011). Les difficultés sont plus fortes pour les petites entreprises.

L’activité « surveillance » reste prédominante, avec 72 % du CA global des entreprises à plus d’1 salarié, soit 3.680 millions d’€. Elle est suivie par la télésurveillance (610 millions de CA).

Globalement, ce secteur est marqué par :

un très fort turnover : 60,5 % de départ contre 60 % d’embauche, en 2011.
un salariat jeune : 38,5 ans de moyenne d’âge (en croissance)
essentiellement masculin : H : 87 % F : 13 %
des contrats à temps partiel : pour 15 % du total
une main-d’œuvre peu qualifiée :
– agents d’exploitation 86 % (en décroissance régulière depuis 2005)
– agents de maîtrise 9 % (en croissance régulière depuis 2005)
– cadres 3 %(2 % en 2010)
– administratifs 2 % (3 % en 2010)

La masse salariale est de 2,91 milliards d’euros, en quasi-stabilité depuis 2008, avec des rémunérations faibles :

Coefficient 120 (mini) : 1.600€ (contre 1.500 € en 2009) brut mensuel primes comprises – Coefficient 150 : 1.775€
Agents de maîtrise : 2.350€
Cadres : 3.900 €

4. … qui souffre pour la troisième année consécutive

Le chiffre d’affaires ne progresse plus depuis 2009,

L’effectif salarié continue de diminuer : -2 % depuis 2009

Un mouvement de concentration qui débute de façon significative, hors tout effet CNAPS : la baisse globale du nombre de sociétés s’opère au détriment des PME qui diminuent de 5% en 2011.

Un secteur en grande difficultés : la surveillance humaine et notamment le gardiennage dans lequel 34 % seulement des sociétés font des bénéfices en 2011 (44 % en 2009) alors que la moyenne dans les autres secteurs de la sécurité privée reste au-dessus de 60 %.

Seul le secteur de la télésurveillance échappe à cette tendance déflationniste et continue de progresser.

source: DISP

Cet article a été publié dans Blog, Divers, Nouveautés, Revue de presse, Withtime Sécurité (WTS) avec les mots-clefs : , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>